Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 août 2012 2 28 /08 /août /2012 04:09

12 au 14 Août

 

Pour ces prochains jours nous faisons une pause dans notre visite de vieilles pierres et partons vers la côte Caraïbe ! Si vous prenez une carte du pays, la côte de ce côté est assez étroite, coincée entre le Belize au nord et le Honduras  au sud. Le pays aurait bien pu avoir l’état du Yucatan au Mexique mais suite à un accord signé au 19ème siècle il l’a gracieusement cédé à son grand voisin du nord…

 

ICI un peu de précisions :

Nous avons voulu faire un détour par cette côte car elle est réputée jolie mais aussi parce que son histoire et toute différente de celle du reste du pays.  Cette région côtière a été peuplée par les esclaves noirs amenés d’Afrique jusqu’aux Caraïbes, par les anglais lors de la période de la traite des noirs. Résultat l’ambiance du coin est connoté « caraïbes » (comme on l’imagine), ce qui tranche nettement avec l’ambiance dans le reste du pays !

Rendez-vous au pays des garifundos : plus « tranquilles », souriants, peau noire, cheveux crépus, langue mélant l’espagnol, l’anglais et le créole (imaginez la mixture !)  et cuisine aux saveurs de fruits de mer et coco…

198Trajet LIvingston-Rio Dulce

Un pélican. Ils sont présents par dizaines le long de la côte

 

Enfin, pour atteindre ce petit ilot paradisiaque depuis Flores il nous faudra faire 6 heures de bus , en compagnie d’un nouveau compagnon de voyage australien très sympa et « no worries » à l’australienne, jusqu’à notre premier arrêt : Rio Dulce. On est pas encore sur la côte Caraïbes mais on est pas très loin... Rio Dulce est le long d’une rivière et du lago Izabal (le plus grand lac du pays) à seulement une trentaine de km de la côte. On nous avait dit le plus grand bien de cette ville mais à notre arrivée ce n’est qu’une ville comme une autre, au bord de la rivière…

 

On est un peu déçu mais, finalement, une autre bonne surprise nous attend. Après avoir regardé les prospectus proposés par un rabatteur qui nous attendait à la sortie du bus, nous choisissons un des hôtels au bord de l’eau le moins cher car ils ont tous l’air identique sur les plaquettes qu’il nous montre…

Et bonne pioche ! Petites cabanes en bois sur un affluent tranquille du Rio Dulce, entourées de forêt !!

181 Casa Perico

 

180 Casa Perico

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après un déjeuner rapide nous enfilons nos maillots de bains pour aller, en canoë jusqu’à un spot de baignade !!

179 Rio Dulce


On passera le reste de l’après-midi à se baigner dans cette eau tiède, entourés de spacieuses maisons en bois aux grandes baies vitrées et dont les garages renferment de luxueux yachts…

On sent bien qu’ici la vie est douce et que les riches guatémaltèques et américains l’ont bien compris...


178 Rio Dulce

 

180 Rio Dulce

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

et pour bien finir, la soirée se terminera autour d’un cocktail et d’un guacamole maison…


 

Lendemain matin, départ vers Livingston sur la côte. Mais « petite particularité », la ville n’est accessible que par bateau ! Et elle n’est pas sur une île ! Elle est bien sur le continent mais il n’y a « juste » pas de route pour y aller... Nous partons donc, en bateau pour 2 heures à descendre la rivière. Ce matin nous récupérons deux compagnons supplémentaires : un irlandais et un slovène ! Il y a aussi un couple de français qui nous suit depuis Flores  mais avec qui nous n’avons pas encore eu de vraie conversation…

182 Fort de Rio Dulce

Le fort de Rio Dulce


Le trajet est supposé être un « tour », différent d’un simple transport…en réalité la seule différence est qu’on s’arrête 20 minutes au niveau d’une source d’eau chaude, soufrée, pour se baigner.

184 Rio Dulce vers LIvingston, sources chaudes

L'eau est bien chaude,

seul petit problème, les sources d'eau chaude sulfurées, ça sent pas très bon...


La vraie attraction du trajet, et une des raisons pour laquelle on a choisi de venir dans ce coin du pays, est que la dernière portion du trajet se fait à travers une gorge : la cueva de la vaca. Ici la rivière se rétrécit, les bords s’élèvent rapidement formant des falaises calcaires  d’une cinquantaine de mètres. Et comme nous sommes dans un pays au climat tropical (enfin ici en tout cas...), les falaises  sont recouvertes d’une épaisse forêt... C’est effectivement un paysage très joli et agréable...

185 Rio Dulce vers LIvingston


Arrivés à Livingston nous découvrons une ville assez calme (nous verrons plus tard et le lendemain qu’en raison de la chaleur il n’y a pas trop d’activités l’après-midi…) mais dont les habitants et l’ambiance sont complétement différents de ce que nous avons vus jusqu’à maintenant.

194 les rues de Livingston

 

C’est donc à 5 que nous débarquons et que nous nous faisons escorter par les rabatteurs jusqu’à l’hôtel de notre choix (ou plutôt celui de l’australien).

Comme nous repartons le lendemain, et qu’il est déjà 13h30, nous devons vite nous décider sur l’activité à faire pour profiter au maximum de notre temps ici.

 

Nous choisissons le site le plus proche : los Siete Altars, à tout de même 1h30 de marche… Sur les recommandations du propriétaire de l’hôtel nous parcourons  près de la moitié du chemin en ville, sous un soleil de plomb jusqu’à un pont qui mène à la plage. Notre ballade urbaine confirme que c’est l’heure de la sieste, et nous croiserons juste assez d’habitants pour pouvoir demander notre chemin !

193 Plage de LIvingston

Le pont menant à la plage

 


Une fois sur la plage c’est plus facile : tout droit !

192 Plage de LIvingston

 

En route nous nous arrêtons chez une française (Joelle) qu’on nous a recommandé à Aguateca (!) pour discuter et regarder ses tableaux qui représentent des scènes de la vie quotidienne, faits de plumes, de feuilles, peaux d’animaux… Son travail est très fin et très bien fini. Elle nous recommandera aussi deux restaurants et essayera de convaincre Natalie de venir travailler ici car le véto le plus proche est à une heure de marche et 30 minutes de bateau et en plus il ne veut pas stériliser ses chiennes !


Mais à papoter comme ça on en oublierait presque notre destination : les Siete Altars, successions de piscines dans une forêt tropicale.

187Siete Altars 

 

186 Siete Altars

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On nous en avait dit tellement de bien que nous sommes un peu de déçus de trouver les cascades entre les piscines à sec et les zones où nager assez limitées (il n’a pas plu depuis plusieurs jours)… après Semuc Champey, ces piscines paraissent bien petites et l’eau beaucoup moins claire… 

189Siete Altars

188 Siete Altars

190 Siete Altars

 

Malgré cette petite déception, l’après-midi a été agréable, et ce fût une petite ballade sympa dans la forêt, et une rencontre agréable avec Joëlle…

 

Par contre, les plages, réputées sales autour de Livingston ont tenu leur promesse ! Elles sont toutes petites et REMPLIES de détritus !! Plastique, chaussures, brosse à dents,… on trouve de tout ! Et le pire c’est que ça ne vient même pas forcément des habitants de Livingston...

191 Plage de LIvingston

Une photo de la plage en visant bien pour éviter les détritus


Le problème vient plutôt d’une mauvaise habitude des Guatémaltèques de tout jeter par terre, en particulier quand ils sont en voiture. Et ce n’est d’ailleurs pas rare de voir le moindre ravin en bord de route se transformer en décharge sauvage... Tous ces détritus dévallent les pentes, se promènent dans les vallées, transportés par la pluie jusqu’à rejoindre une rivière. Et leur croisière finit généralement dans l’océan et après ce long périple sur les plages de Livingston.... Rien ne se perd, rien ne se crée...

 

 

Le soir venu, on se retrouve à cinq pour aller dîner dans l’un des deux restos recommandés par Joëlle. La gérante est extrêmement agréable et ses plats traditionnels à tomber !

- Tapado pour Natalie : poisson grillé et riz accompagnés d’une soupe à base de lait de coco, crevettes, escargot de mer, poulpe.

- et un autre truc pour Alex (on ne se souvient plus du nom mais c’est aussi un plat tipique...) : poisson accompagné d’une soupe au lait de coco avec des crevettes et une purée de plantain

 

 

Pour le déjeuner du lendemain nous testerons, en amoureux, l’autre resto recommandé par Joëlle.

 

Cette fois Alex prendra le plat que Natalie avait pris la veille (il est meilleur, notamment à cause de la purée de platains au fond de la soupe qui forme une boule un peu trop compacte !), dans lequel il y a cette fois du crabe (!)

196 Déjeuner à LInvingston

ça n'a pas forcément l'air mais c'était très bon...

 

et Natalie se régalera d’une langouste (!!) grillée accompagnée d’une autre spécialité locale le « rice and beans » (qui veut juste dire qu’au lieu de mettre les haricots à côté du riz, ils mélangent les deux, et assaisonnent avec du lait de coco!!).

197 Déjeuner à LInvingston


Vous l’avez remarqué, cela fait beaucoup de fruits de mer et de lait de coco mais il faut dire que quand les seuls voies d’accès sont par la mer, tout devient vite très cher alors on utilise les seuls produits qu’on trouve sur place : les produits de la mer et les cocotiers qui poussent sur les plages...


Dans la matinée nous avons quitté nos compagnons qui avaient d’autres destinations et exploré plus largement le village mais nous n’y avons pas trouvé de charme architectural particulier.

195 les rues de Livingston

 

Son principal attrait réside dans son ambiance et dans les origines ethniques variées (africains, européens, indiens, latinos) de sa population (alors que le Guatemala en général est très peu métissé, malgré les nombreuses populations Mayas)

 

 

A nouveau nous rebroussons chemin à travers le canyon...

200 Trajet LIvingston-Rio Dulce

199 Trajet LIvingston-Rio Dulce

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

... jusqu’à notre hôtel au bord de l’eau…  Nous arrivons suffisamment tôt pour pouvoir profiter à nouveau des canoës et aller nous baigner…

 

En réalité le retour à l’hôtel de Rio Dulce n’était pas du tout une bonne idée au niveau logistique (coût/temps/transport) mais nous étions supers contents de retrouver cet hôtel et sa tranquillité, ses eaux de baignades,… (et son propriétaire un peu lunatique)

Partager cet article

Repost 0
Published by alexetnatautourdumonde - dans Guatemala
commenter cet article

commentaires

Nadine 09/10/2012 16:07

Petites cabanes au bord de l 'eau , baignades , super déjeuner en amoureux ....... hum ! ça me fait l 'effet d 'avoir été très agréable tout çà !
contente que vous en ayez bien profité .

Francoise 29/08/2012 12:17

Vous m'avez fait rêvé avec votre précédente publication.... il va vraiment falloir que j'aille découvrir Tikal! et là, on sent que vous êtes en vacances et que vous profitez de ce que la nature
vous offre! Le plat avec la tête de poisson dépassant du bol n'a pas l'air très appétissant, alors je vous crois si vous êtes que c'était bon! J'attends la suite! bisous