Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 septembre 2012 3 05 /09 /septembre /2012 15:15

16 Août

 

Nous voilà arrivés au dernier site touristique de notre périple de deux semaines : Copan, site Maya, inscrit au Patrimoine Mondial Culturel de l’Humanité depuis 1980.  Pour l’occasion on fait une petite infidélité au Guatemala pour faire une incursion au Honduras.

 

Il nous faudra quelques heures pour atteindre le poste frontière Guatemala/Honduras depuis Rio Dulce.

 

En théorie Guatemala-Honduras-Nicaragua-Salvador ont signé un accord de libre circulation genre Schengen pour simplifier le passage d’un pays à l’autre donc en théorie sans frais supplémentaires au passage des frontières… évidemment ça, c’est la théorie : pour entrer au Honduras, il y aura bien un contrôle de douanes et on paiera une « taxe » à la sortie du Guatemala ET à l’entrée au Honduras en échange d’un tampon supplémentaire sur nos passeports et d’un petit bout de papier nous autorisant à aller dans la région de « Copan Ruinas »!

 

Après ce passage de frontière il nous reste une vingtaine de kilomètres à parcourir jusqu’à la ville de Copan Ruinas. Petite particularité hondurienne, ici le site archéologique s’appelle Copan et la petite ville d’à côté Copan Ruinas... ne cherchez pas de logique, on en a pas trouvé... En tout cas, dès la descente du bus, on ne peut qu’aimer cette très charmante et bien apprêtée petite ville.

139 Copan Ruinas

 

La ville, dont l’activité principale est le tourisme, est organisée autour d’une place principale fleurie depuis laquelle partent toutes les rues pavées alternant commerces, restaurants et hôtels… mais elle ne ressemble pas à une usine à touriste (Copan est pourtant l’un des sites phares du Honduras...), elle est plutôt apprêtée et à un peu de l’élégance d’un petit village touristique français.

140 Copan Ruinas 

A la descente du bus nous attendent, comme d’habitude des rabatteurs et nous suivons donc une petite chinoise jusqu’à un hôtel, où nous déciderons tout de suite de rester : sa terrasse avec hamacs, chaises en osier et petite cuisine nous a tout de suite séduite !

 

Le lendemain, les ruines n’ouvrant qu’à 8 heures, nous avons largement le temps de profiter d’un petit déjeuner typique dans un restaurant local, bien moins chère que tous ceux pour touristes de la place !

Seul 1 km sépare la ville du site des ruines, alors pour une fois nous pouvons marcher jusqu’au site ! Le chemin est vraiment fait pour ça : un sentier est aménagé à l’écart de la route pour mener depuis la ville aux deux sites Mayas les plus proches !


 141 Site de CopanLe site de Copan a commencé à prendre de l’importance en 426 ap JC avec l’arrivée d’un nouveau roi au pouvoir, Grand Soleil, qui fonda une nouvelle dynastie. Les archéologues ont d’ailleurs découvert aue ce nouveau roi était en réalité envoyé par Tikal qui souhaitait étendre son emprise sur le sud du monde Maya en créant une ville forte à Copan. L’alliance entre ces 2 villes ne s’est par la suite jamais démentie.

Mais, il faut ensuite le 11ème (Serpent de Fumée) et le 12ème roi (Jaguar de Fumée) de la dynastie pour que la ville face un nouveau bond en avant : sous leur impulsion la population croit rapidement et les constructions se multiplient à l’intérieur et en dehors de la ville.

Mais c’est avec l’arrivée du 13ème roi, Uaxaclajuun Ub'aah K'awiil (18-Lapins ( !? ) ), en 695, que la ville atteint son apogée. Le commerce est florissant et les constructions sont permanentes attirant toujours plus de nouveaux arrivants notamment grâce aux grandes fêtes rituelles avec auto-sacrifice et sacrifices humains réalisés régulièrement ! Copan parvient même à vaincre divers cités aux alentours étendant encore son emprise. 

 

Mais…

en 738…

18-Lapins se fait capturer par la ville rivale de Quiriga. Et 6 jours plus tard, il fut décapité lors d’une grande cérémonie. Copan vient de perdre sa main-mise sur cette région du monde et les succésseurs de 18-Lapins auront bien du mal, malgré leurs efforts et les constructions monumentales qui se poursuivent, à rendre sa vitalité et sa force à Copan…

 

151 Site de CopanMais un autre mal ronge Copan depuis plusieurs années. La forte densité de la région entraina une déforestation massive, notamment les flancs des montagnes, pour permettre de nourrir toute la population (20 000 habitants) : résultat, avec l’érosion les sols se sont appauvris et avec le déboisement les inondations sont devenues plus fréquentes…  En examinant les restes humains datant des VIIIème et IXème siècles les archéologues ont relevé des signes de malnutrition, d’épidémies et constaté un accroissement de la mortalité infantile.

 

Au Xème siècle, Copan est abandonnée, vaincu par ses problèmes environnementaux. Combien de civilisations se sont éteintes pour ces mêmes problèmes (Copan, Tikal, Angkor au Cambodge, l’Egypte,…), cela ressemble à un avertissement que notre civilisation actuelle ne semble pas prête à entendre…..

 

Les conquistadors espagnols ont découvert le site en 1570 mais les fouilles ne commenceront qu’en 1839 sous l’impulsion d’américains.

Ce site est considéré, avec Tikal comme l’un des sites Mayas les plus intéressants.  Sa disposition est conforme à la pensée cosmologique Maya : le monde est orienté selon les quatre points cardinaux avec un centre qui en constitue l’axe. A Copan, un Centre cérémonial, appelé Groupe Principal est composé d’une Grande Place et d’un Acropole, représente l’Axe du Monde. Il est entouré de secteurs d’habitations situés aux quatre points cardinaux et reliés au centre par des chaussées appelés « sacbe »

 

 

Après avoir payé nos tickets, nous marchons quelques mètres pour arriver au poste d’entrée du site à proprement parler. Un comité d’accueil coloré nous attend :

143 Site de Copan

 

 

142 Site de Copan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

les aras rouges, sauvages !!! (mais très habitués aux hommes). Ils appartiennent à un programme de réintroduction de l’espèce dans cette vallée du Honduras.

 

Pas mal de photos plus tard, nous pénétrons enfin sur le site à proprement parler : la Grande Place. Sur une pelouse impeccablement tenue se dressent un douzaine de stèles sculptées représentant des souverains, en générale 18 Lapins, ou des divinités. Toutes les stèles étaient peintes à l’origine, et on en voit encore quelques traces aujourd’hui !!

145 Site de Copan

146 Site de Copan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les stèles sont orientées est-ouest de façon à être éclairées par le soleil levant et couchant. A l’inverse de Tikal, elles ont été construites dans des pierres dures et les fines sculptures sont encore bien visibles. C’est sans conteste les sculptures les plus élaborés et détaillées que nous ayons vu dans le monde Maya !

147 Site de Copan

149 Site de Copan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

153 Site de Copan

 

 

152 Site de Copan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un Altar (autel) en forme de tortue                                             un Altar en forme de tête de démon

 

Le terrain de jeux de balle :

Ce jeu de balle que l’on trouve dans toute l’Amérique Centrale est une sorte de « football Maya » : les but sont constitués de cerceaux  placés en hauteur aux 2 extrémités du terrain et la balle était faite de caoutchouc et rebondissait sur les côtés du terrain. Cela a forcément surpris les conquistadores qui ne connaissaient pas encore le caoutchouc. Les joueurs ne pouvaient toucher la balle qu’avec leurs genoux, coudes ou hanches ! Et l’éauipe perdante… était mise à mort…

154 Site de Copan


En effet, c’était plus qu’un jeu, c’était un rituel religieux symbolisant la lutte entre les forces vitales du monde terrestre et le Monde Inférieur correspondant à la mort. Le jeu de balle est d’ailleurs un des éléments centrals du Popol Vuh, la « bible » des Mayas.

 

Ce terrain est remarquable par son état de conservation et sa taille : c’est le 2ème plus grand d’Amérique Centrale.

 

Cette grande place est bordée par l’acropôle. Un très grand ensemble surélevé de structures à destination rituelle ou résidentielle. C’est notamment le palais du roi et des lieux de religieux de première importance.

 156 Site de Copan

Vue depuis l'Acropôle

 

L'Escalier Hyéroglyphique :

163 Site de Copan : escalier hyéroglyphique

Représentation de ce à quoi ressemblait l'Escalier


Et sur le flan de l’une de ces monuments se trouve l’Escalier monumental, sans doute le plus bel édifice du site, qui comporte le plus long texte Maya connu avec plus de 2 500 glyphes. Une grande bâche est installée dessus pour le protéger des dégats du temps et des intempéries…

160 Site de Copan : escalier hyéroglyphique


Malheureusement sur les 63 marches, seules 15 ont été trouvées à leur place, dont 5 partiellement détruites : les autres s’étant effondrées, elles ont été replacées de façon arbitraire durant la restauration de 1935. A cette époque, on ne savait pas déchiffrer les glyphes… Maintenant les archéologues sauraient les traduire mais l’escalier ressemble à une soupe de lettre… Le puzzle grandeur nature de 1100 pièces reste donc encore à déchiffrer… Le texte raconterait apparement la chronique de la dynastie de Copan, et les personnages assis au centre de l’escalier représentent certains de ces souverains.

159 Site de Copan : escalier hyéroglyphique


 

 

162 Site de Copan : escalier hyéroglyphique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La statue qui manque a été « offerte » par un gouvernement Guatémaltèque à l’université de Harvard… A l’époque, un accord entre le Honduras et les Etats-Unis stipulait que les chercheurs de Harvard réaliseraient les fouilles « gratuitement » mais pouvaient emmener les pièces qui les intéressaient.

161 Site de Copan : escalier hyéroglyphique


C’est ici que nous entendrons un guide dire que Copan est considéré comme « le Paris antique » car très décorée et rempli de magnifiques scultures ; et Tikal comme « le New York antique », toute en hauteur, mais sans décoration…  Très flattés, nous apprécions la comparaison !

 

L’un des autres édifices particulièrement renommé du site est l’Autel Q :

164 : Site de Copan : stèle Q

Un bloc de pierre sculpté de 1,50 m de côté représentant 16 personnages assis, 4 par 4 sur chaque côté. Il représente les 16 souverains d’une même dynastie qui semblent se passer les symboles du pouvoir. Cette composition véhicule ainsi un message au centre de la pensée politico-religieuse Maya classique : le souverain tire son pouvoir de ses ancêtres, avec qui il communique directement.

165 : Site de Copan : stèle Q

A côté de cette stèle les archéologues ont découvert 15 jaguars sacrifiés, représentants vraisemblablement les 15 ancêtres…

 

 

Après cette très riche matinée nous trouvons tout de même assez d’énergie pour visiter une autre partie du site, à 2 km de là : Les sépultures.

 

C’est un nom bien étrange car ce n’était en fait pas du tout un cimetière, mais plutôt un lieu d’habitation. Il s’appelle en fait comme ça car traditionnelle les morts étaient enterrés sous leur maison pour protéger la demeure de leur descendants. Nous sommes donc dans un quartier résidentiel et nous avons donc pu visiter un tas de maisons aux toits détruits, au milieu de la jungle, sans aucun autre touriste !

169 : Site de Copan, les sepultures 


Les toits étant faits de végétaux, ils n’ont bien-sûr pas résisté au temps… mais nous pouvons tout de même voir que les maisons étaient en fait de simples pièces uniques dans lesquels se trouvaient uniquement les lits, en pierre ! La cuisine était commune, dans un autre bâtiment spécialement dédié à cela.

172 : Site de Copan, les sepultures

170 : Site de Copan, les sepultures

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y a également l’un des grands réservoirs d’eau de la ville, aujourd’hui un étang rempli de reseaux. Mais il faut quand même noter que tout le centre de la ville (à 2km de là) était équipé d’un intelligent système de dreinage des eaux de pluies qui étaient récupérés sur toutes les places et qui étaient amenées jusqu’ici ! Et le plus surprenant est que ce système de dreinage fonctionne toujours aujourd’hui !!

 

Sur ce site il y avait également un lieu réservé à l’astronomie que nous a fait visiter un garde, qui a participé aux fouilles.

Il a pu nous donner pleins d’information c’était très intéressant.

 

Nous avons au passage pu rencontrer quelques bébêtes plus ou moins sympathiques et un bon no,bre d'oiseaux insaisissables.

173 : Site de Copan

 

 

174 : Site de Copan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le site ferme à 16h et nous sortons à …15h45…juste le temps de se retrouver à la hauteur de l’entrée du site principal que nous rentrons au village avec les employés !

 

 

Ce soir nous faisons la connaissance d’un jeune français qui a carrément le virus du voyage : il ne prend pas de congés payés et tous les 2 ans environs il demande un congé sans solde de quelques mois à son patron… qui commence à en avoir marre…

176 Dernier matin à Copan


Nous avons passé une super soirée à discuter, à échanger les bons plans, et à déguster un BBQ hondurien : la meilleure viande mangée depuis 4 mois !!!

 

Nous avons simplement adoré notre petite incursion an pays Maya-hondurien mais il signe la fin de notre périple.

 

Demain nous repasserons la frontière (gratuitement cette fois, grâce au petit papier) et on mettra près de 10 heures pour rejoindre Antigua !! Tout ça pour faire local, et économiser quelques sous ! D’habitude ça marche très bien, mais cette fois ce ne fût pas si facile que d’habitude…il y a des fois comme ça… (en théorie ça n’aurait pas dû prendre plus de 6 heures, même par ce moyen de transport…).

A la base on aurait dû faire ce trajet la veille de l’avion de Natalie pour le Costa Rica et elle est ravie que nous ayons un jour d’avance !!

 

Pour l’occasion, nos deux dernières nuits ensemble avant 3 semaines de séparation,  nous avons choisi un super joli hôtel, chambre privée et super petit déjeuner inclus.

Lors de notre dernier jour ensemble, à Antigua, rien de spécial mais beaucoup de petites choses à faire (marché artisanal, acheter du produit à lentilles, des cartes postales,…), un dernier restaurant typique à midi et une soirée délicieuse dans un restaurant italien servant du bon vin…

Dimanche 19 Août : 7h30, c’est l’heure de se séparer :

 

Alex rentrera à Xela…

 et Natalie va au Costa Rica. Au programme : 2 semaines à travailler dans un zoo et une semaine de tourisme…

 

on se retrouvera dans 3 semaines !!

 

PS : Nous fêtons ici notre 100ième article sur le blog. Merci à tous de nous suivre régulièrement et pour les commentaires et les messages d'encouragement que nous sommes toujours ravis de lire...

Partager cet article
Repost0

commentaires