Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 septembre 2012 6 22 /09 /septembre /2012 02:34

 

10 Septembre

 

          

Depuis hier, dimanche, Alex est arrivé au Costa Rica et nous sommes à nouveau réunis, avec plein de choses à se raconter sur nos trois dernières semaines respectives ! Et du coup, nous retrouvons également nos habitudes d’écrire nos articles de blog à 4 mains…

  

Au programme de la seule journée d’Alex au Costa Rica, un volcan (encore un, mais c'est le dernier cette fois !) tout proche de la capitale : le volcan Poas.

 

 

040 Poas-cratère principal

 

Nous avons tout le temps d'apprécier notre dernier petit déjeuner typique : le "Gallo Pinto" (riz mélangé avec des haricots noirs et des épices, servi avec un oeuf et du pain) avant de prendre le bus pour le Volcan Poas.


 

Alex était venu à ce volcan il y a quatre ans, lors de son dernier séjour avec des copains (Edouardo, Sébastien et Aymeric) mais le sommet était resté totalement ennuagé... Juste un grand mur blanc et aucune vue… Malheureusement, il en est souvent ainsi et nous ne nous attendons donc pas à voir grand chose, mais simplement à passer une bonne journée ensemble dans un joli parc...

 

En plus, durant l'heure et demie de trajet nous avons tout loisir de voir les nuages s'empiler autour du sommet...

 

039 Volcan Poas-cratère principal


 

Ce volcan est le parc le plus visité du Costa Rica et il est très différent des volcans que nous avons vu jusqu’à maintenant. Ici pas de randonnée difficile ou d’ascension de plusieurs heures. Le bus nous dépose à l’entrée du parc et nous n’avons qu’à suivre un sentier de 800m pour atteindre le cratère principal, en à peine 20min (!!).

 

Et surprise !!

 

041 Poas-cratère principal042 Poas-cratère principal

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous sommes entourés par les nuages mais la vue sur le cratère est dégagée !!!

Le centre du cratère (1.7 km de large et 300m de profondeur) se remplit d’eau de pluie et forme un petit lac d’eau à 40°C !Le volcan de 2700m d'altitude, actif, dégage également en permanence des vapeurs soufrées donnant une « agréable » odeur au site (senteur œuf pourri…).

 

Sa dernière éruption date de 2009 et la végétation n’a pas encore repris ses droits laissant un paysage lunaire sur tout le sommet.

 

043 Poas-cratère principal

044 Poas-cratère principal

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après cet impressionnant point de vue, nous attaquons La rando du site : 1,5km de sentier quasiment plat dans la forêt menant à la 2ème attraction du site, la laguna de los botos.

 

047 Poas-Laguna de Botos

 

 

Cet ancien cratère, maintenant inactif, tire son nom des indigènes qui vivaient sur les flancs du volcan au moment de l’invasion espagnole.

 

045 Poas


  046 Poas-Laguna de Botos

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vu la fréquentation du site, la faune sauvage se fait rare, contrairement à tous les autres parcs que Natalie a vu dans le pays, ou s’est adaptée à la présence des touristes : Ce mignon petit écureuil cherche à sauter sur tous les sacs à dos qui passent à proximité.

 

C’est un parc très agréable mais dont la visite est terminée en à peine 2 heures, nous laissant donc largement le temps de faire un tour dans Alajuela, la ville où nous passerons notre dernière nuit, à deux pas de l’aéroport.


 

037 Alajuela

 

 

038 Alajuela

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle est décrite dans le Lonely Planet comme une jolie ville coloniale ; elle n’a en fait de joli que son parc centrale et sa cathédrale, le reste de la ville étant sans intérêt…

Repost 0
Published by alexetnatautourdumonde - dans Costa Rica
commenter cet article
20 septembre 2012 4 20 /09 /septembre /2012 16:28

6 au 9 Septembre

 

Après mon excursion "baleines" j'ai pour destination finale le parc de Chirripo. Mais, comme je sors des sentiers battus, ça devient un peu plus compliqué que d'habitude...

Je dois d'abord aller à San Isidro, la plus grandes ville du sud du pays.

Le trajet d'Uvita à San Isidro est magnifique (en tous cas pendant l'heure où je ne dors pas...) Le paysage a beaucoup changé. Ici on est déjà bien plus à l'intérieur des terres et on commence à monter sur la cordillière de Talamanca (volcans) qui traverse le pays du nord au sud. Le paysage ressemble un peu à ce qu'on a vu au Guatemala !

 

050 Chemin vers San Gerardro

 

Les flancs de montagne, que le bus a du mal à monter, sont cultivés et parsemés de maisons isolées au milieu des champs. L'ambiance est tranquille et rurale.

Cette région, très peu touristique, tire ses revenus de la culture de café au nord et de palmiers et de bananes au sud.

Toutes les villes de la vallée portent des noms de saints, d'où son nom de "Zona de los santos" !

 

San Isidro n'a pas grand intérêt pour un touriste. A tel point que je ne trouve qu'une seule agence de voyage qui ne connaît même pas "Cloudbridge", qui est la réserve privée au pied du mont Chirripo, où je veux aller !! Les seuls infos que je réussi à obtenir sont les horaires de bus pour le village le plus proche de la réserve ! D'après cette agence je devrais même faire l'aller-retour dans la journée, ce qui me laisserait 4 heures sur place !!

N'en croyant pas mes oreilles je re me rabbats sur internet, skype et Lonely Planet et.... je trouve un super site sur la réserve Cloudbridge, qui donne toutes les infos sur comment y aller, les hébergements, les activités,... et un coup de file plus tard j'ai reservé mon auberge pas chère !!

 

 

Le lendemain, je suis ravie de quitter mon hôtel style Formule 1 et San Isidro par le premier bus…à 9h30 ! A la gare routière je rencontre une très gentille dame qui vit à San Gerardro et qui me donne toutes les indications nécessaires pour prendre le bon bus et pour arriver à mon auberge « Casa Mariposa ». L’auberge n’est qu’à un km de l’arrêt de bus de San Gerardro mais quand je lui dit que la gérante ne va pas venir me chercher en voiture, elle fait une grimace qui laisse présager que je le chemin sera difficile…

 

049 Chemin vers San Gerardro

 

Le trajet en bus, de 30 km, qui prendra une heure et demie, sur une piste de graviers à flanc de montagne offre un paysage spectaculaire. Devant nous une énorme vallée entourée de montagnes boisées.

Nous traversons également des hameaux de quelques maisons, dont certains ont quand même une épicerie et une école !!

 

051 San Gerardro au loin

 

Au loin j’aperçois ma destination finale, lovée au milieu d’une vallée, isolée et perchée entre les arbres. Tout s’annonce absolument parfait : les paysages sont superbes, complètement différent des parcs que j’ai vu jusqu’à maintenant et le lieu tout à fait paisible.

 

Je descends au terminus, au « centre-ville » de San Gerardro, c’est-à-dire la place où l’église, la boulangerie, l’épicerie et l’école entourent le terrain de foot !!

 

052 San Gerardro Centre

053 San Gerardro Centre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et, la charmante dame de San Isidro avait raison : la montée jusqu’à Casa Mariposa est vraiment difficile et raide! Il n’y a qu’1,5 km mais avec 18kg sur le dos, et une dizaine sur le ventre j’ai mis près de 35 minutes à atteindre l’auberge. Ceci-dit le chemin est très joli, déjà dans la forêt et en pleine nature.  Je traverse des ponts surplombant des rapides et je croise deux écureuils descendant de l’arbre avec des fruits en gueule…

Mais je suis quand même contente d’avoir assurée, en réservant la veille, une place à l’auberge pour ne pas faire tout ce chemin pour rien !!

 

Mais je serais encore plus contente de trouver une superbe auberge !! Tout l’intérieur est en bois, avec un plafond en bambou, la cuisine a une grande baie vitrée ouvrant sur la forêt humide et je suis accueillie par un thé chaud !

 

053 San Gerardro-Casa Mariposa

 

L’ambiance est tout de suite très chaleureuse mais ça ne s’arrête pas là ! Le dortoir est creusé dans la roche, avec aussi de belles fenêtres donnant sur la montagne. Et la salle de bain, aussi de pierre, permet de prendre sa douche en admirant la forêt par la fenêtre !!

 

054 San Gerardro-Casa Mariposa

 

Cette auberge surpasse toutes les autres vues jusqu’ici !! Mais en fait c’est plus comme « vivre chez l’habitant » car on discute avec les propriétaires et le salon est si chaleureux qu’on se sent tout de suite comme à la maison. Et la bénévole qui m’a accueillie m’a dit, le soir autour d’une bière et de nachos au restaurant voisin, qu’une part de son travail était de passer du temps avec les invités pour s’assurer qu’ils vont bien et passent un bon moment !! Pour vous donner une idée de la mentalité de l’endroit !!

Petite remarque rigolote : cette fois je n’ai pas que le dortoir à moi toute seule, mais l’auberge entière (pour une nuit) !!! Enfin, heureusement que la bénévole et les propriétaires sont là pour faire un peu de compagnie…

 

055 San Gerardro-Casa Mariposa

 

J’ai consacré l’après-midi à la découverte du village, et des sentiers qui partent directement de l’auberge.

059 Rando depuis CasaMariposa 057 Rando depuis CasaMariposa

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le sentier descend à travers la forêt humide, très humide !! Le sol est vraiment très glissant à cause de toutes les feuilles mortes et de la mousse qui pousse sur les roches mais on est tout de suite dans une ambiance mystique de « forêt de nuages » !

056 Rando depuis CasaMariposa

 

Je descends le sentier jusqu’à une petite cascade sous un rocher, et ensuite le chemin s’arrêtant je préfère rebrousser chemin car vue la densité de végétation je me perdrais vite !!

 

058 Rando depuis CasaMariposa

 

Je passerais le reste de la journée à lire dans la salon avec vue sur la forêt et à discuter avec la bénévole de l’auberge. J’ai trouvé exactement ce que je cherchais en venant ici : beauté des paysages et repos.

 

060 Rando depuis CasaMariposa

 

 

La plupart des gens viennent ici pour grimper le sommet du Costa Rica : Mont Chirripo, qui prend deux jours. Mais je n’ai pas le temps pour cette randonnée et en plus, en saison des pluies il pleut toutes les après-midis et marcher dans la forêt humide, sous la pluie, pendant des heures ne paraît pas très attirant…

 

 

 

 

 

 

 

Moi, je suis venue pour les sources chaudes et la réserve privée de Cloudbridge!!

 

071 vue depuis Cloudbridge072 vue depuis Cloudbridge

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La réserve privée est au pied du mont Chirripo et a été fondée il y a une vingtaines d’années par un couple de sud africains qui avaient été choqués par la déforestation sur ces terres lors de leur ascension du Mont Chirripo. Ils décidèrent alors d’acheter des terres et de mettre en place un programme de reforestation !

 

067 Cloudbridge

 

Aujourd’hui,  on n’imagine pas que ces terres ont pu être « déboisées » un jour ! La réserve est toujours gérée par le couple avec l’aide de scientifiques et de bénévoles, et l’entrée est gratuite !

 

070 vue depuis Cloudbridge

062 Cloudbridge

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les sentiers sont très bien entretenus, avec des panneaux à chaque intersection pour nous guider vers les différentes cascades ou points de vus !

 

063 Cloudbridge

 

Je commence par le sentier des cascades, sur lequel s’enchaînent quatre cascades, plus belles les unes que les autres. Un bruit assourdissant accompagne les chutes d’eau cristallines dans de petits bassins tumultueux en contre-bas. Les feuilles de palmiers et de bambous viennent encadrer ce magnifique spectacle.

 

064 Cloudbridge-Cataracta Pacifica068Cloudbridge

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le sentier monte ensuite vers un mirador qui donne une vue sur les sommets environnants : mont Uran, mont Chirripo et aussi sur la cascade Chirripo, perdue toute seule au milieu des montagnes.

 

066 Cloudbridge-Cataracta Cloudbridge

 

Durant ma contemplation je surprendrai une famille de coatis jouant dans les arbres, mais ils sont bien plus timides qu’à Iguazu et je n’arrive pas à faire une très belle photo…

 

061 Cloudbridge-Coati 

 

J’espérais faire la plus grande boucle du parc mais arrivée au pont, je trouve une porte métallique, bien fermée, qui me barre la route…

 

069 Cloudbridge

 

Dommage, par ce beau ciel bleu j’aurais adoré continuer mon exploration…tant pis, je fais demi-tour, en rentrant par un autre chemin pour retourner m’asseoir face à la plus belle des cascades : la cascade Pacifico. Ce lieu est parfait pour se détendre : le grondement de la cascade, le chant des oiseaux et la belle teinte verte de la forêt, et pas un humain à l’horizon !!

Ce matin, j'ai en effet eu la chance de ne partager le parc qu'avec la faune locale  !!

 

065 Cloudbridge

 

Je rentre vers 11h30, plus de quatre heures après être partie avec dans l’idée de me doucher, déjeuner et de partir aux sources chaudes dans l’après-midi… Mais la météo en décidera autrement puisqu’il s’est mis à pleuvoir vers 13 h, et ce jusqu’à la tombée de la nuit… Sous cette forte pluie je n’ai aucune envie de marcher une heure aller-retour jusqu’aux sources en plein air…

Du coup, changement de plan pour une après-midi lecture et discussion autour d’une tasse de thé…c’est agréable aussi !!! Surtout autour du feu, avec vue sur les arbres !!

 

Pour la soirée les propriétaires devaient recevoir des personnes "spéciales", à qui ils avaient proposé un diner gratuit mais...tout le monde a décommandé !!!

Au lieu d'être plus de dix, nous n'étions que six... au lieu de n'avoir que des américains, nous avons parlé espagnol avec des commerciaux très intéressants ! En effet, les commerciaux en question sont colombiens et depuis 10 ans ils gérent une entreprise qui recycle les plastiques pour en faire du "bois en plastique". Ils peuvent faire de tout : des planches, des sols (très pratique pour les terrasses par ce climat humide auquel résiste très mal le bois traditionnel par exemple), des chaises, des poubelles publiques, et même tous les chemins et panneaux du parc Monteverde (un des plus fréquentés) sont faits de leur bois !)

 

C'est par cette belle soirée que se termine mon exploration en solitaire du Costa Rica....

Le lendemain bus à 5h15 pour San José et retrouver Alex !!

 

073...au bout du chemin

Ce fût leur dernière rando...pour elles aussi, c'est la fin du voyage...

Repost 0
Published by alexetnatautourdumonde - dans Costa Rica
commenter cet article
14 septembre 2012 5 14 /09 /septembre /2012 20:51

3 et 4 Septembre

 

Il faut quitter le paradis des tortues, et comme ma destination est à l'exacte opposée, sur la côte Pacifique, je dois prendre le bateau de 5h30 !!

 

095 Bateau depuis Tortugero vers Pavlona

 

Lever matinal, aujourd'hui je ne pourrais pas savourer le petit déjeuner et le confort du lit de mon hôtel, de nouvelles aventures m'attendent !

 

 

Et je ne crois pas si bien dire ! Après environ 40 minutes de bateau, on se trouve face à un bouchon !! Sur le canal, oui, tout à fait !!

 

100 Bateau depuis Tortugero vers Pavlona

 

Les deux dernières nuits ont été très orageuses et résultat, cette nuit, un arbre a cedé, et s'est étalé en travers de la rivière... Lorsqu'on arrive sur place un autre bateau est echoué sur les branchages !!

En fait, la rivière est très peu profonde et les bateaux doivent déjà en temps normal naviguer à des endroits bien spécifiques pour pouvoir passer. Evidemment l'arbre est pile là où il ne faut pas !

Derrière nous arrive un 3ème bateau de la même compagnie... 

 

Les bouchons sur les autoutes c'est juste pénible, sur une rivière c'est une attraction assez amusante à regarder !!

 

096 Bateau depuis Tortugero vers Pavlona

 

Les bateaux ont bien essayé de tirer sur tout l'arbre (photo ci-dessus) mais il était trop gros, les moteurs pas assez puissants et rien ne bougeait. Un petit bateau, plus puissant a essayé de nous aider pendant 5 minutes, sans effet. Mais comme "lui" il transportait un couple (plus riche) il devait passer et nous a laissé nous dépatouiller !!!

 

097 Bateau depuis Tortugero vers Pavlona

Il passe sur le côté en aspergeant au passage tous les passagers du bateau échoué...

 

 

Pas démontés nos matelots ont coupé à la machette une première grosse branche qui gênait le plus le bateau échoué, mais les bateaux n'arriveront pas non plus à la déplacer...

 

098 Bateau depuis Tortugero vers Pavlona

 

Du coup, plus le choix : avec la même petite machette, ils s'attaquent au tronc !! Suite à la coupe, le sommet de l'arbre tombe au fond de l'eau et nos bateaux peuvent tout juste passer au-dessus !

 

099 Bateau depuis Tortugero vers Pavlona

102 Bateau depuis Tortugero vers Pavlona

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Que d'aventures !! Finalement ça nous prendra 2h30 pour arriver au débarcadère, au lieu de 1h30 ... Mais, le bus nous attend, alors peu importe !

 

101 Bateau depuis Tortugero vers Pavlona

 

Après 45 minutes de bus local on arrive à la ville la plus proche de Tortuguero : Cariari, où je monte dans le bus pour San José, dans lequel il n'y a plus que deux places !!

 

Deux heures et demi plus tard :gare Caraïbes de San José...il faut changer de terminal. A ma grande surprise, il y a un autre couple (austro-péruvien!!) qui fait la même chose que moi, et on partage un taxi jusqu'à l'autre gare routière. Vers midi on monte dans notre dernier bus pour les trois dernières heures...

En plus nous voulons tous les trois aller au même hôtel ! C'est parfait, on fait le chemin ensemble !

 

103 Wide Mouth Frog Quepos

 

 

 

A nouveau je suis très agréablement surprise, j'ai le dortoir pour moi seule, et il y a une piscine !!

 

 

 

 

 

 

 

Ici l'attaction c'est le Parc Manuel Antonio. Fondé en 1972, il ne fait que 1625 ha ! C'est le deuxième plus petit parc du pays !!

 

119 Manuel Antonio-Playa Espadilla

 

Comme pour Tortuguero je pensais voir une foule de touristes aux mêmes endroits que moi (toutes les personnes rencontrées pendant ce voyage ont fait ces deux parcs...) mais en réalité j'ai pu profiter des lieux sans me sentir à Disneyland...

 

Manuel Antonio est aussi un parc côtier, petit paradis planté de cocotiers.

121 Manuel Antonio-Playa Espadilla 

 

 115 Manuel Antonio-playa Manuel Antonio

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plages tropicales de cartes postales au sable blanc, et quasi désertes... J'adore ces plages où la forêt vierge rencontre les plages d'un blanc immaculé, on a l'impression de se retrouver dans un havre de paix, dans un monde vierge et exotique. Seulement entouré des bruits de la forêt et des vagues qui viennent s'écraser dans les baies.

 

113 Manuel Antonio-playa gemelas122 Manuel Antonio-Playa Espadilla

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Toutefois, n'ayant pas de comagnon de voyage, je me contenterais de quelques photos, d'une pause contemplative, mais pas de baignade !

 

 

104 Manuel Antonio 110 Manuel Antonio

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je passerais le plus clair de mon temps à profiter de tous les sentiers qui traversent la forêt tropicale...

 

 

 111 Manuel Antonio105 Manuel Antonio

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 ......en serpentant entre les baies et les points de vues sur des îles vierges au large...

 

 109 Manuel Antonio-Vue depuis le mirador106 Manuel Antonio-vue du Mirador

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il fait tellement humide que je suis aussi trempée que si j'avais plongé !!

 

116 Manuel Antonio-playa gemelas vues depuis punta catedral118 Manuel Antonio-Punto Catedral

 

 

117 Manuel Antonio-sendero catedral

 

 

 

 

 

Sur les sentiers je rencontre peu de monde, les gens profitant surtout des plages, ce qui me permettra de profiter davantage de l'abondante faune dont regorge le parc :

 

 

 

 

 

 

 

 

Lézards variés : 

 

127 Manuel Antonio

 

 

 

123 Manuel Antonio 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

114 Manuel Antonio

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

!126 Manuel Antonio-Playa Espadilla

 

 

 

 

 

Des rabres toxiques clairement signalés !

 

 

 

 

 

 

 

 

Singes capucins : 

 

107 Manuel Antonio-Capucin108 Manuel Antonio-Capucin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et surtout des paresseux : animal fétiche de "L'age de glace", il vient littérallement de ces temps ancestraux. Il en existe deux espèces : à trois doigts ou deux doigts...mais allez voir la différence lorsqu'ils sont perchés en haut de leur arbre !! (il existait 4 autres espèces, éteintes aujourd'hui, dont une géante qui pouvait, debout, attraper les feuilles à 6 m de haut !!!)

 

124 Manuel Antonio-Paresseux

 

 

Son plus proche "parent", du même ordre que lui, est un fourmilier...

Il tire son nom de son extrême lenteur : 0,6 km/h dans les arbres (en comparaison c'est tout juste si j'ai le temps de zoomer sur un singe...)

Grâce à ses 9 vertèbres cervicales il peut tourner sa tête à 270° !!

Ces animaux sont des nids à acariens : un biologiste a trouvé plus d'une centaine d'espèces différentes d'acariens sur le dos d'un seul animal !!

Au rayon bizarreries son métabolisme, deux fois plus lent que les autres mammifères, ne l'oblige à descendre que tous les 7 à 10 jours environ pour faire ses besoins !! A ce moment il se libère d'un tiers de son poids !!!

La couleur verte de son pelage vient d'une symbiose avec des cyanobactéries et des algues vertes 

D'un point de vue mythologique, pour les poulations sudaméricaines, il est soit l'ancêtre de l'Homme soit son devenir s'il commet de mauvaises actions.

 

125 Manuel Antonio-Paresseux

 

En réalité, s'il n'y avait pas eu des guides montrant les paresseux à leur groupe, je ne les aurais jamais vus tellement c'est discret ! 

 

 

Certains animaux ont bien compris l'intérêt des plages à touristes : comme ce raton laveaur rencontré sur la plage qui aurait bien aimé se servir dans le sac des baigneurs, mais il s'est fait chasser à temps...

 

120 Manuel Antonio-Playa Espadilla-raton laveaur

 

En théorie le parc héberge aussi des singes écureuils, invisibles aujourd'hui...

 

Repost 0
Published by alexetnatautourdumonde - dans Costa Rica
commenter cet article
11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 03:00

1er et 2 Septembre

 

Voici ma première destination au Costa Rica, et la plus attendue : Tortuguero. Ce nom ne vous dit sans doute rien mais c'est LE LIEU parfait pour voir des tortues venir pondre sur la plage.

 157 Trajet vers Tortugero

Du coup, amoureuse des animaux comme je suis, vous vous doutez que je suis super emballée par cette destination. Pour l'occasion j'ai réservé un hôtel confortable, recommandé par ma collègue bénévole au zoo et Lonely Planet, pour la qualité de ses tours en bateau en compagnie du propriétaire, biologiste.

 

166 Tortugero Casa Marbella

167 Tortugero Casa Marbella

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tortuguero est le point de départ des excursions dans le parc du même nom. Et il n'est accessible que par voie maritime ou terrestre ! Rien que le trajet en bateau est déjà magnifique avec la forêt tropicale, les oiseaux et des crocos !

160 Trajet vers Tortugero

 

 

161 Trajet vers Tortugero

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au départ ne vivaient que quelques personnes dans ce hameau, totalement isolées du reste du monde et qui devaient faire 3 ou 4 jours de trajet pour rejoindre la capitale !! Mais, au début du 19ème siècle s'y est developpée une industrie du bois qui a fait venir des travailleurs et les accès se sont un peu améliorés. Mais l'industrie du bois s'est effondrée, remplacée par l'industrie fruitière qui s'est elle aussi effondrée, et les gens n'avaient à nouveau aucun autre moyen de survivre que la pêche, la chasse et la vente de produits dérivés de tortue...

 

162 Tortugero163 Tortugero

 

 

 

 

 

      Encore aujourd'hui ce n'est qu'un petit village tranquil...

 

 

 

 

 

Heureusement pour les tortues, l'écologiste Dr Carr a découvert que ces plages étaient une des rares sur les quelles viennent pondre les tortues vertes et grâce à lui la "Sea Turtle Conservancy" a ouvert en 1959, mettant en place des techniques de conservation des tortues et de sensibilisation de la population à leur sort. La zone est classée parc naturel depuis une quarantaine d'années et grâce au travail de la STC la population de tortues vertes est en hausse !

 

164 Tortugero

 

Vous l'aurez compris : je veux voir des tortues, et c'est la pleine saison de ponte... Rendez-vous est donc pris le soir même avec un guide pour aller à leur recherche.

Dans un soucis de conservation des tortues, tout en valorisant leur présence au niveau touristique l'observation est TRES reglementée :

La plage est divisée en secteurs, et les guides se voient attribuer un secteur.

 

177 Tortugero

 

Sur la plage patrouillent des "spotters" qui sont chargés de repérer les tortues et d'appeler deux groupes (avec leur guide) lorsque la ponte a commencé. Ceci permet de limiter le nombre de personnes présentes sur la plage qui pourraient effrayer les tortues ; et en plus la tortue déteste être dérangée pendant qu'elle creuse son trou alors que pendant qu'elle pond elle est "en trance" donc un groupe de personnes peut l'approcher sans trop gêner...

Mais du coup personne, à part le "spotter" ne voit une tortue remonter la plage, ou creuser son trou...

 

175 Tortugero

 

Seul le guide peut éclairer la tortue avec sa lumière rouge et évidemment les photos avec flash sont interdites

Enfin, on ne peut rester que 2 heures sur la plage, et si on voit tout le processus depuis la ponte jusqu'au retour en mer on doit quitter les lieux...pas de 2ème chance !

Alors dans mes souvenirs resteront ces moments magiques pendant lesquels j'ai pu voir une tortue verte d'environ 50 cm de diamètre  pondre ses oeufs (50 à 60 par ponte), sur la plage qui la vue naitre il y a plus de 25 ans (âge de maturité sexuelle!!), recouvrir son nid, la camoufler, faire demi-tour et repartir vers l'océan.

 

173 Tortugero chemin de tortue

 

 

172 Tortugero chemin de tortue

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les tortues creusent un premier grand trou avec les nageaoires avant puis, au centre de ce trou, elles en creusent un cylindrique, plus profond, avec les nageoires arrière, dans lequel elles pondent. Elles ne s'accouplent qu'une fois par an, mais peuvent conserver le sperme et venir donc pondre 3 à 4 fois par saison !!

Les oeufs éclosent après environ 60 jours. Plus la température a été haute, plus le pourcentage de bébés femelles est elevée...avec notre réchauffement global il est probable qu'un deséquilibre des sexes se produise...

Les petites tortues éclosent plutôt lorsqu'il fait un peu moins chaud (coucher du soleil, après la pluie,...). Déjà qu'elles ont plein de prédateurs pendant leur voyage vers l'océan, si en plus elles "cuisent" au soleil... seul 1% deviendra adulte !!

Lors de ma promenade en soirée sur la plage du parc je n'ai trouvé que des nids déjà éclos...

 

170 Tortugero nid de tortue 

 

171 Tortugero nid de tortue

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'autre attraction du parc est le réseau de canaux, construit pour relier une série de lagunes naturelles et de rivières tortueuses, il est l'habitat d'une faune et d'une flore impressionnante (plus de 400 espèces d'arbres!!)

 

158 Trajet vers Tortugero

159 Trajet vers Tortugero

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En réalité, Tortuguero est surtout un parc aquatique avec 31 000 ha sur terre et 52 000 ha sur terre !

 

179 Tortugero

 

Le lendemain matin, lever matinal pour aller avec le biologiste propriétaire sur les canaux, avec son bateau électrique..

 

180 Tortugero

180 Tortugero

 

 

 

Nous passerons trois heures sur l'eau à explorer ce fantastique parc. Comme il a beaucoup plu pendant la nuit, les animaux commencent à sortir et nous aurons une chance incroyable !

 

 

 

 

 

Nous avons vu les 3 espèces de toucans qui vivent dans le parc. Pour moi il n'y avait que l'oiseau noir au bec multicolore (photo du zoo) mais en fait il y en a des plus grands avec le bec simplement jaune !

 

184 Tortugero  185 Tortugero

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Oiseau à cou de serpent  

     Héron vert

 

 

 

 

186 Tortugero Singe araignée

 

 

 

Une famille de singes araignées qui nous passent par-dessus !!

 

182 Tortugero

 

 

 

 

 

 

 

 

Un basilic mâle (il a une crête sur tout le corps, alors que la femelle n'a de crête que sur la tête) ou "Jesus Christ" car il peut marcher sur l'eau

 

183 Tortugero

 

 

 

 

 

 

 

Un Iguane vert, qui devient orange en saison de reproduction pour attirer les femelles !!

 

181 Tortugero

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans l'après-midi, après un déjeuner délicieux de poulet au coco et piment façon "Caraïbe", je m'informe encore un peu plus sur les tortues et la ville de Tortuguero au musée du STC et je file découvrir la partie "terrestre" du parc.

On est en fin d'après-midi et je verrais une famille de singes araignées. Ils sont moins faciles à photographier qu'au zoo, mais bien plus heureux !!

 

187 Tortugero Singe capucin

 

 

 

Une famille de capucins joueurs...

 

188 Tortugero Basilic

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques basilics, marrons cette fois...

 

 

 

 

189 Tortugero-termitière

 

 

 

 

 

Et beaucoup de termitières qui ont la particularité d'être dans les arbres ici

 

 

 

 

 

176 Tortugero

 

Et pour le retour je marche sur la plage dans l'espoir de voir des nids de tortues se ruer vers la mer. Mais, non, j'ai beau suivre les vautours et les chiens, je ne trouve que des oeufs deséchés...

      174 Tortugero-carapace de tortue verte

169 Tortugero oeuf de tortue 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le temps sera passé très vite dans le petit village de Tortuguero, mais qu'il fût agréable ! La ville n'a pas de voiture et est donc un havre de paix !

Les touristes, bien que présents n'étaient pas trop nombreux, sans doute grâce à la reprise des écoles américaines et européennes... et cela donne juste assez de monde pour faire de la vie et rencontrer des gens, sans se sentir envahi !

 

178 Tortugero

Repost 0
Published by alexetnatautourdumonde - dans Costa Rica
commenter cet article
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 17:22

25 Août

 

Voici mon premier week-end au Costa Rica, durant lequel je vais … grimper un volcan ! Et oui, vous n’avez pas fini d’en entendre parler des volcans dans cette région !!

 

190 Montée du volcan Arenal

Au sommet les fumerolles bleues

 

 

Celui-ci s’appelle Arenal, et se trouve à seulement 1 heure et demie de bus du village dans lequel je vis. Et comme ici les bus sont à l’heure, confortables, avec de vrais sièges et une seule personne par siège… le voyage se déroule très paisiblement !

Sur la route le paysage se compose surtout de prairies où paissent tranquillement les vaches laitières qui produisent 70% du lait produit en Amérique Centrale, quelques villages et de la végétation tropicale peu dense (grands arbres, bananiers,…)

 

Le point de départ des excursions pour le volcan Arenal est le village de La Fortuna, situé à 6 km du volcan. Charmant petit village qui a su garder son caractère tout en profitant à fond de la manne touristique que lui apporte son volcan en activité et les sources chaudes qui en découlent.

 

Je choisi assez rapidement une auberge, dans laquelle j’ai eu un dortoir de 8 (et sa salle de bains) pour moi toute seule !! Heureusement, l’auberge n’est pas aussi vide qu’elle en a l’air et je ferais de très belles rencontres durant le week-end.

A l’arrivée, l’heure est d’abord à la recherche d’un tour pour l’après-midi au volcan. Après avoir visité 5 ou 6 agences, qui proposent toutes la même chose, je décide finalement de prendre celui proposé par mon auberge, c’est la moins chère avec le même itinéraire que ses concurrents… et j’ai appris en route que de toute façon ce volcan ne faisait plus de lave depuis deux ans.  Dans ces conditions, pour moi, tous les parcours sont identiques, ce n’est pas un pont de singe par ici ou se faire peindre le visage avec de la boue par-là qui va changer quelque chose !

 

194 Montée du volcan Arenal

 

Pas de bol, à l’heure du départ : un orage tropical ! Du coup, deux néerlandaises et moi attendons… avec raison car la pluie s’arrêtera au bout d’une petite heure et nous pouvons partir chercher quatre autres personnes dont, je n’en croyais pas mes yeux, une française rencontrée à Salvador de Bahia en Avril dernier !!

 

 

Le volcan n'est qu'à 6 km mais il faut en fait 40 minutes de route puis de piste pour atteindre le début de la ballade. Oui, comparé à tout ce que nous avons pu faire, ce n’est qu’une « ballade » d’une heure et demie depuis le pied du volcan jusqu’au point le plus haut légalement accessible, là où s’arrête la végétation…

 

191 Montée du volcan Arenal

 

En route, nous avons contourné le volcan pour accéder au côté duquel s’écoule la lave. Bien que la lave ne s’écoule plus les traces d’activités sont encore bien visibles et d’un côté du volcan la végétation est luxuriante tandis que l’autre versant est nu, dépourvu de végétation et recouvert de roches volcaniques noires.

 

192 Montée du volcan Arenal

 

Nous avons marché sur les anciennes coulées de lave entourés de forêt équatoriale, puis, en se rapprochant des coulées les plus récentes la haute végétation a disparue et seule des petites pousses commencent à pointer.

 

193 Montée du volcan Arenal

 

Ce volcan a été endormi de 1500 à 1968, année où des éruptions de lave ont détruit deux villages, tuant 80 personnes et 45 000 têtes de bétail. Depuis lors le volcan produit de menaçantes fumerolles, des explosions massives, et des projections de roche en fusion. Malgré toute cette activité le volcan a gardé sa forme conique, mais ses flancs ont beaucoup grossi…

De 1998 à 2000 le volcan a été très actif mais il en ce moment particulièrement calme, à tel point que les coulées les plus récentes ne fument plus du tout !

 

196 Volcan Arenal

 

Après avoir crapahuté sur les grosses pierres volcaniques refroidies, et vu un bec de toucan au loin, nous arrivons au point où la végétation cesse et depuis lequel nous avons une magnifique vue sur le lac Arenal, artificiel et servant à l’énergie hydro-éléctrique.

 

Effectivement, niveau lave, on devra se contenter de la coulée de 2010…

 

195 Coucher de soleil sur le lac Arenal

 

La raison pour laquelle je suis ravie d’avoir choisi ce tour est qu’il nous permettra de voir le coucher de soleil sur le lac, et le volcan !

 

197 Coucher de soleil sur lac Arenal

198 Coucher de soleil sur volcan Arenal

 

199 Coucher de Soleil sur Lac Arenal

 

 

Le ciel est très dégagé, et les couleurs du coucher de soleil magnifiques (notez la forme de dragon du nuage dans le ciel...)

 

Vous l’aurez compris, il faut maintenant redescendre de nuit, à la frontale…

 

J’adore les bruits de la forêt de nuit (même si la marche paraît toujours plus longue dans ces conditions…) : bruit de grenouilles, de certains oiseaux,… Notre guide réussira à nous montrer deux grenouilles : une blanche et une verte et bleue ! Pour une fois, et tant mieux, le guide recommande de ne pas prendre de photo pour ne pas mettre de flash dans les yeux de ces petits animaux nocturnes dont les yeux sont extrêmement sensibles à la lumière…

 

 

Après cette longue après-midi, nous faisons un petit passage par les sources naturelles d’eau chaude. A vrai dire, c’est l’autre spécialité de la région, et il y en a pour tous les goûts et toutes les bourses. Il y a les très kitchs ou très chics resorts à des prix faramineux avec de belles piscines aménagées ou les plus simples rivières dans la forêt, gratuites : c’est cette option que nous avons choisi. L’eau est toute aussi chaude, agréable et reposante.

 

200 sources chaudes La Fortuna

Après tout ça on a juste envie de se coucher et dormir tellement on est détendus !!

Repost 0
Published by alexetnatautourdumonde - dans Costa Rica
commenter cet article
9 septembre 2012 7 09 /09 /septembre /2012 11:51

Du 20 au 31 Aout

 

Après nos deux semaines à voyager à travers le Guatemala nous nous sommes séparés pour 3 petites semaines, le temps de mener à bien nos projets personnels, avant de mieux se retrouver pour la suite...

 

138 Ecureuil


Mon association guatémaltèque s'étant révélé un flop j'ai décidé d'aller quand même un peu au Costa Rica, faire quelque chose qui pourrait être intéressant...

 

137 Agouti


Pendant deux semaines j'ai donc travaillé dans le parc zoologique La Marina, près de Ciudade Quesada, à 2h45 au nord de la capitale Costaricaine, San José.

 

131 Entrée du parc


Ce parc est assez petit, et ne fonctionne qu'avec les fonds privés des propriétaires (éleveurs laitiers, grands propriétaires terriens), les entrées des visiteurs et les dons faits par les bénévoles. Le parc a pour rôle de recueillir les animaux confisqués par les autorités aux trafiquants, ou les animaux blessés. Ils les soignent au besoin et les relâchent si possible, et sinon essaient de leur donner un habitat décent pour le reste de leur vie...

Tout ça avec seulement 4 employés, sept jours sur sept, et environ 4 ou 5 bénévoles...

 

134 Equipe du centre


Comme souvent dans ce genre d'endroits, les animaliers sont très motivés par leur travaille et adorent les animaux dont ils s'occupent, en ayant à cœur qu'ils soient bien propres, bien nourris, et en bonne santé.

Ce qui ne gâche rien, ils sont souriants, sympas, et compréhensifs quand on se trompe… ne parlant qu’espagnol ils sont d’excellents profs ! 

 

133 salle de préparation de la nourriture


Du côté travaille bénévole (comme salarié d’ailleurs), cela se limite simplement à couper des fruits pour les oiseaux, les tapirs, les "sangliers" locaux, les singes et les biches, pendant près d'une heure (à5!!) ! Et oui, ça prend du temps de préparer le menu de chacun : les singes mangent les fruits entiers, les biches des plantains verts, les oiseaux des papayes et des bananes mûres, pelées et coupées petit, pour les tortues il faut découper les fruits en mini bouts, etc...

 

132 salle de préparation de la nourriture


Ensuite il reste quatre heures de travail pour récurer les cages, et les chemins de visite (TOUS les jours !!), laver les gamelles et donner à boire et à manger...

 

135 Biche


On ne travaillait que de 8h à 15h avec deux pauses d'une heure mais on était fatigué et très sale en fin de journée !!

Vu que j’avais été clairement avertie dès le départ de ce que seraient mes tâches ce travail ne m’a pas du tout ennuyé ou frustré... pour deux semaines… En plus, contrairement à mon bénévolat guatémaltèque, j’étais active toute la journée et notre travail était utile !!

 

156 Iguane vert


Ayant dit que j'étais vétérinaire j'ai eu le petit privilège d'être "chef déparasiteuse" la dernière semaine. C'est qu'avec tous ces animaux, c'est varié ! Des cachets dans du pain et du miel pour les singes, dans l'eau de boisson pour tous les volatiles, une poudre dans l'aliment pour les porcs et les cerfs, et dans la viande pour les rapaces et félins... heureusement qu'ils ont des techniques adaptées à chaque animal !!

 

146 Jaguar

 

147 Ocelot

 

 

Oui, ces félins ont l'air assez malheureux, je vous l'accorde. Ils sont actuellement en train de leur construire un grand enclos chacun. Mais ça demande beaucoup de temps, d'espace, et d'argent...alors pour le moment ils tournent en rond dans leur cage..

148 Lionne


 

Enfin, ce qui m'a vraiment beaucoup amusé c'est de voir une grande variété d'animaux que je n'aurais jamais l'occasion d'approcher autrement.

 

154 aras rouges 155 Aras rouge et vert

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aras rouges et verts (et le fruit de leur "croisement" qui est rouge et vert ! Ce croisement est une "nouvelle espèce" crée, involontairement, par les zoos car en réalité ces deux espèces ne vivent pas côte à côte...). Ils sont énormes, les plumes de leur queue sont superbes et les vols en trios éclairent le ciel de couleurs chatoyantes

 

 

136 Toucan

Un toucan, et son bec multicolore

 

150 Tapirs

149 tapirs

 

Des tapirs. Animaux « préhistoriques » dont le plus proche parent vivant est le rhinocéros. Cet animal a tiré de son épilepsie héréditaire un rôle de "dieu" parmi les populations autochtones sud-américaines. En effet, ces peuplles pensent que pendant leurs crises les épileptiques communiquent avec les dieux…

 


C’est un animal difficile à reproduire en captivité, et qui est en voie d’extinction mais ce parc zoologique est le premier dans ce domaine (la reproduction de tapirs) en Amérique latine !! C’est impressionnant vu qu’ils ne font absolument rien pour encourager la reproduction de leur couple !! Ces animaux ont une gestation de 13 mois et les petits sont adultes vers un an, donc au mieux une femelle peut faire un petit tous les deux ans… Ce parc est régulièrement contacté par le monde entier pour faire des échanges d’individus pour assurer la diversité génétique !

 

 

 

140 Singe araignée

141 Singe araignée

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Singes araignées et capucins. Tous les matins je lançais des bananes aux singes d’un grand enclos extérieur. Les deux singes et moi mangions une banane chacune, assises l’une en face de l’autre !! Elles me regardaient manger en faisant des gazouillis... allez savoir laquelle des deux était la plus amusée !

 

144 Singe araignée

 

 

 

 

 

142 Singe araignée

 

 

 

 

 

 

A la fin des deux semaines j’étais assez copine avec l’un des singes pour « jouer » avec lui à travers le grillage. Il m’épouillait les cheveux, et je lui grattait le dos… moments inoubliables !

 

143 Singe araignée

 

 

 

 

 

 

145 Singe araignée

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par contre les capucins, parmi les singes les plus intelligents qui soient (c’est eux qu’on trouve dans les films…Pirate des Carïbes,…) sont moins agréables. Bien plus vifs, avec des crocs plus acérés, ils cherchent plus à vous ruser pour sortir qu’à devenir votre copain…

 

139 Singe capucin

 

 

151 Kinkajou

 

 

Un kinkajou : animal inconnu au bataillon jusqu’alors.

 

Pendant longtemps il a été considéré proche des singes mais il n’en est pas un, bien qu’il tolère son voisinage. Il aurait de vagues liens avec le coati ou le panda...

Sa queue est préhensile et ses mains peuvent tourner à 360° !! Animal nocturne, mangeant des fruits et des petits insectes il vit en groupe dans la nature. Celui que je tiens là a 3 mois et a été recueilli suite à un accident.

 

 

 

152 Kinkajou



Il a la mandibule fracturée et ne peut pas fermer la bouche correctement, résultat pour manger il met sa tête en arrière pour faire descendre les aliments… elle ne va pas être simple la vie du bout de choux orphelin !

 

153 Kinkajou

 

 

 

 

 

 

Pour essayer de lui donner un peu d’affection on le sortait une fois par jour, sauf qu’étant un animal nocturne il passait son temps à cacher ses yeux sensibles avec sa queue…

 

 

 

 

 

 

Pendant ces deux semaines j'ai eu environ 5 ou 6 collègues bénévoles, dont la majorité était allemande, et avait 18 ans, il y avait un américain de 19 ans et une américaine de 23 ans!! J’étais vraiment plus vieille !!

Naturellement, par la langue et les centres d’intérêt je me suis particulièrement liée à l’américaine (au centre sur la photo ci-dessous) qui m’a donné d’excellents conseils sur un hôtel à Tortugero et avec qui j’ai passé de très bons moments. Elle est instit mais ayant fait des études sur les civilisations sud-américaines elle savait plein de choses sur les tapirs, les kinkajous, les aras,… Une vraie mine d’infos qui m’a motivé à en apprendre plus moi aussi !

 

130 Soirée à Aguas Vargas


Enfin, pendant la durée de mon bénévolat, j’ai été hébergée en famille : les parents et deux filles, une de 19 ans et une de 9 ans, le plus grand fils fait ses études de kiné à San José. Eux aussi ne parlaient qu’espagnol et ils ont su m’apprendre un tas de trucs sur leur pays dont ils sont très fiers ! Ils ont été très accueillants et chaleureux et j’ai passé un très bon moment avec eux.

 

128 Mon village

 

 

 

 

J'habitais en zone rurale...

 

 

129 Famille d'accueil


 

 

 

 

 

Ma chambre étant indépendante de la maison j’avais une sensation d’indépendance et à la fois la possibilité de me joindre à la famille. En plus, n’ayant pas d’autre bénévole en ce moment j’ai pu avoir la salle de bains à moi toute seule !!

 

 

Repost 0
Published by alexetnatautourdumonde - dans Costa Rica Bénévolats et ONG
commenter cet article