Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 novembre 2012 7 25 /11 /novembre /2012 07:31

30 Septembre

 

DSC03986


Si nous sommes aujourd’hui à Monkey Mia, un affreux resort où nous sommes entassés avec plus de 200 autres personnes, c’est parce que, ici, on peut venir voir des dauphins de très près.

 

DSC03987

 

 

En effet, depuis les années 60 les dauphins de la baie ont pris l’habitude de venir se nourrir sur ces jetées où les pêcheurs du coin venaient vider leurs poissons fraichement pêchés. Aujourd’hui la zone est protégée et la pêche restreinte mais sur ces plages s’est installé un centre de recherche sur les dauphins, et un resort dont l’attraction principale sont ces mammifères marins.

 

 

 

 

 

 

DSC03996

 

DSC03990

 

 

Tous les matins, dès 7h30 et à trois reprises différentes, commence le « spectacle du nourrissage de dauphins » : les touristes s’alignent sur le bord de l’eau à la demande de l’animatrice du show. Pendant une petite heure elle nous explique l’histoire du site, quelques données de biologie sur les dauphins et nous présente les dauphins qui tournent autour d’elle en attendant le petit déjeuner.

 

DSC04005

 

Ensuite arrive le moment que tout le monde attend : des personnes sont choisies au hasard dans le public pour donner un poisson à un dauphin !! Les dauphins s’approchent très près de la plage et on peut donc tous avoir une belle vue sur ces merveilleux animaux. Une fois tout le monde nourri, les gens se dispersent  avec des étoiles plein les yeux…

 

DSC04008

 

C’est un joli spectacle bien (trop bien) rodé et ça fait finalement un peu cirque…

Mais, si côté touriste, le but est clairement de faire venir le plus de monde possible et de leur faire dépenser le plus d’argent possible, côté dauphins, les choses ne sont pas si mal pensées et essaient de respecter la nature sauvage de ces animaux.

 

DSC04017 

 

Seules cinq femelles sont nourries tous les jours, même si plusieurs autres dauphins trainent dans les parages. Ils font ça pour ne pas se retrouver avec 50 dauphins dépendant d’eux et parce que les mâles peuvent se montrer un peu plus agressifs. De plus, pour ne pas rendre les animaux complètement dépendants et qu’ils puissent apprendre la pêche sauvage à leurs petits, seul 10% de leur ration journalière est distribuée. Enfin pour limiter les abus, protéger les dauphins et les rendre plus confiants, une interdiction totale de toucher les animaux, aussi bien pour les touristes que pour les animateurs est mise en place.

 

 

 

Aujourd’hui est une journée tranquille puisque nous restons toute la journée sur la péninsule où nous sommes.

 

Après une séance internet et une lessive, nous nous dirigeons, pour déjeuner, vers Little Lagoon, comme son nom l’indique, une lagune d’eau turquoise à proximité. Sur place, nous retrouvons 2 autres couples d’Allemands dont l’un, tour-du-mondiste aussi, est allé en Birmanie (notre prochaine étape) le mois dernier !! Nous passons donc un très bon repas au bord de la lagune, à discuter de nos pérégrinations réciproques…

      DSC04015

Un peu plus loin sur la route, nous nous arrêtons à un nouveau point de vue. Le panorama est encore une fois impressionnant : 70m au-dessus d’une falaise à-pic, avec l’océan devant nous et une immense plage de sable blanc qui commence à notre droite. L’eau est tellement claire et tellement peu profonde que nous apercevrons même 2 requins (tigre d’après un autre visiteur…) patrouiller au pied de la falaise sans doute à la recherche d’un déjeuner.

 

DSC04023 

 

Ne voulant pas retourner dans notre Resort, nous prenons un nouveau camping dans la petite ville de Denham toute proche. Cette ville a l’avantage d’être également en bord d’océan (mais sans les dauphins…) et d’être beaucoup plus calme. Et pour fêter ça, nous décidons de faire un barbecue pour notre dîner. Au menu de ce soir : maïs et poivrons grillés et entrecôte de bœuf, le tout, bien sûr, accompagné de bière locale. En Australie, le Barbecue est une institution, le repas traditionnel de tout un pays !! Du coup, on trouve des aires de pique-niques avec barbecue inclus dans toutes les villes. Et tout est gratuit, il suffit de venir avec sa viande (assez tôt pour ne pas se faire piquer la place…) appuyer sur un bouton et hop c’est parti pour un barbecue en bord de mer, avec le coucher de soleil en prime.

 

DSC04030

 

DSC04031DSC04035DSC04036 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DSC04038

 

 

 

 

Pour finir cette « journée tranquille » finalement bien chargée, nous avons rendez-vous avec Capes, un des rares aborigènes à proposer des tours pour partager sa culture. Ce soir, ce sera Diggeridoo et discussion autour d’un feu de camp.

 

 

 

 

 

 

 

Nous apprendrons notamment à reconnaitre les traces de kangourou sur le sol (contrairement à ce qu’on pourrait penser, quand il marche lentement, le kangourou s’appuie sur sa queue, laissant simplement une large trainée centrale sur son chemin !!). Les hommes ont pu essayer de jouer du Diggeridoo (instrument aborigène traditionnellement réservé aux hommes). Pour les femmes, leur instrument traditionnel est un énorme coquillage faisant un son proche de la corne de brume (lorsqu’il est bien joué…). En tous cas, hommes et femmes auront bien du mal à faire sortir un son correct de leurs instruments !

 

DSC04039DSC04040

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Capes nous parlera de quelques-unes des très nombreuses tribus aborigènes du pays (environ 200 !!) et de la centaine de langues qui existe.

Il nous parla enfin du système de « skin color » (couleur de peau) qu’ils utilisent pour organiser les mariages. Rien à voir avec la couleur de la peau, il s’agit d’un système complexe où chaque individu appartient à un des 4 (ou 8 suivant les régions) groupes.

Par exemple un homme du groupe vert, ne peut se marier qu’avec une femme du groupe jaune et ils donnent naissance à une fille bleue et un garçon rouge. Pendant ce temps une femme verte peut se marier avec un homme jaune et donnent une fille bleue et un garçon rouge. Et ainsi de suite…

Ce système vraiment compliqué a en fait pour but de limiter la consanguinité dans les tribus et date de 10 000 ans. Les aborigènes sont présents dans le pays depuis 30 à 40 000 ans et vivent en suivant des lois qui sont transmises uniquement par voie orale depuis des millénaires !!! Dans les communautés reculées, elles sont toujours très présentes, au point qu’en cas de délit, il est même possible de choisir suivant quel type de loi on souhaite être jugé (aborigène ou civile).

 

Cette soirée était vraiment une approche très intéressante de la culture aborigène mais cette dernière est encore très secrète et n’est transmise généralement qu’aux cours de cérémonies d’initiations (permettant aux hommes et aux femmes de rentrer dans l’âge adulte). Nous n’aurons donc qu’un aperçu superficiel de la richesse de cette culture (Alex : d’ailleurs beaucoup plus riche que je ne l’imaginais…) qui nous donne définitivement envie d’en apprendre plus…

 

Partager cet article

Repost 0
Published by alexetnatautourdumonde - dans Australie
commenter cet article

commentaires

Audrey 29/11/2012 15:42

Coucou !
Quel plaisir de pouvoir à nouveau suivre vos aventures ! Une dose d'exotisme m'est nécessaire par ce triste temps !
gros bisous !